Cybermalveillance.gouv.fr dévoile son premier rapport d’activité 2019 sur les chiffres et tendances des cybermenaces en France

Cybermalveillance.gouv.fr est le dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance, de sensibilisation des publics aux risques numériques et d’observation de la menace en France. Après un peu plus de 2 ans d’existence et fort des remontées et des données issues de sa plateforme d’assistance aux victimes, Cybermalveillance.gouv.fr a présenté à l’occasion du FIC 2020 son premier rapport d’activité (Télécharger le rapport complet).

Composé de quatre parties, le rapport détaille entre autres les missions du dispositif, un bilan chiffré des recherches d’assistance (nombre de parcours victimes, répartition des menaces par types de publics…) et apporte une analyse des grandes tendances observées cette année.

Principaux chiffres clés de l’année 2019 à retenir de ce bilan

Plus de 90 000 victimes ont été assistées sur la plateforme en 2019, contre 28 855 en 2018, soit une augmentation de plus de 210 %.

Parmi ces victimes, 90 % sont des particuliers, souvent plus vulnérables et désarmés face aux incidents de sécurité qui les frappent.

Chez les professionnels (entreprises, collectivités et associations), les recherches d’assistance ont principalement porté sur l’hameçonnage (phishing) à 23 % et le piratage de compte (16 %). Chez les particuliers, elles ont concerné à 38 % le chantage à la webcam, suivi du piratage de compte en ligne avec 14 % et l’hameçonnage avec 13 %.

Les grandes tendances observées sur cette période :

– l’hameçonnage reste la menace prédominante, qui touche autant les particuliers et que les professionnels,

– les arnaques au faux support technique continuent de faire des ravages, avec une évolution des modes opératoires,

– les rançongiciels gagnent en sophistication et ciblent surtout les professionnels. Ce type d’attaque peut avoir des conséquences économiques très importantes, voire désastreuses,

– le chantage à la webcam prétendue piratée est un phénomène qui a explosé. En 2019 et par vagues successives, ce type d’attaque a fait l’objet d’une part importante des recherches d’information et d’assistance.

Enfin, sur le volet prévention, 15 alertes ont été publiées sur les réseaux sociaux, dont 8 sur des campagnes d’arnaques (faux bons d’achat Carrefour, alerte sur les fausses campagnes de dons pour Notre-Dame…) et 7 sur des failles de sécurité critiques. 46 contenus ont été mis en ligne sur la plateforme (fiches « réflexes », infographies, mémos, vidéos, 12 articles…) et 37 660 kits de sensibilisation complets téléchargés depuis sa publication le 13 juin dernier.

Pour améliorer le niveau de réponse Cybermalveillance a développé une nouvelle plateforme d’assistance d’aide aux victimes qui a été présentée en avant première au FIC2020.

Outre une ergonomie et un graphisme refondus, les principaux changements portent sur les fonctionnalités d’assistance, complétées et entièrement réorganisées pour une meilleure prise en charge des victimes, une organisation des contenus de sensibilisation et des moyens d’action plus facilement accessibles et adaptés aux différents publics, une rubrique « actualité de la cybermalveillance » ayant vocation à informer et alerter les populations et les pouvoirs publics, et bien d’autres nouveautés.

La nouvelle plateforme sera disponible dans quelques jours début février sur le site www.cybermalveillance.gouv.fr

Vous pouvez retrouver le communiqué officiel : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/nos-articles/cybermalveillance-gouv-fr-devoile-son-premier-rapport-dactivite-2019/